Droit d’auteur et préjugés. Manifeste pour un droit des oeuvres

LégipresseIl est plus difficile de désagréger un préjugé qu’un atome, disait Albert Einstein. Comme tout un chacun, nous nous contentons parfois d’idées reçues, d’’analyses superficielles, de clichés galvaudés. Nous le faisons tantôt à notre insu, tantôt sous couvert de défendre nos convictions. En d’’autres occasions, nous pouvons diffuser ces préjugés, sans être dupes de notre aveuglement. Nous faisons alors un usage politique du préjugé afin de faire triompher nos vues, en flattant chez notre interlocuteur le goût des choses évidentes. Il y aurait donc trois usages du préjugé : involontaire, militant et prosélyte. On gagne à s’’interroger sur le rôle du préjugé en droit d’auteur, discipline protégeant l’’expression pure de la subjectivité humaine. Ce fut l’’objet de la conférence organisée par l’’association pour le droit de la création intellectuelle le 10 février 2012 à la Maison du Barreau de Paris . Voici notre contribution personnelle à cette manifestation.

Article de David Lefranc paru in Légipresse mai 2012, n° 294, pp. 275-277