L’affaire « Apocalypse » : Un revirement dans la jurisprudence de la CEDH en matière de liberté d’expression artistique ?

A&MAu cours d’une exposition donnée par la Sécession viennoise pour fêter son centenaire, une œuvre d’Otto Mühl, l’ancien activiste viennois, fait scandale. Le tableau représente un membre du parti d’extrême droite autrichien dans des positions obscènes. Celui-ci sollicite des juridictions autrichiennes l’interdiction de l’œuvre sur le fondement de son droit à l’image. Débouté en première instance, sa demande prospérera jusque devant la Cour suprême.

Jusqu’alors favorable à la censure étatique, la Cour européenne des droits de l’homme surprend en déclarant l’Autriche coupable d’une violation de l’article 10 de la Convention. L’arrêt du 25 janvier 2007 semble bien être la première décision qui soit favorable à la liberté de l’art. Si ce résultat emporte l’adhésion, la motivation de la décision se prête à la critique.

Article de David Lefranc paru in Auteurs & Media 2007/4, pp. 327-336