Posséder l’enfance ? L’image de l’enfant ‘modèle’ au piège de l’art et du temps

LégipresseEva Ionesco naît en 1965. Elle est élevée par son arrière-grand-mère roumaine. Son père lui est inconnu. Sa mère Irina apparaît mais par intermittence lorsque la bohème parisienne ne la retient pas. Ce mode de vie « artistique » porte cette dernière vers la photographie. Elle prend sa fille Eva pour modèle dès l’’âge de quatre ans. Érotiques, certaines images représentent l’enfant dénudée dans des poses lascives. L’’enfant « modèle » est surtout une enfant modelée. Irina en tire un succès de scandale, plus ou moins salué par certains surréalistes. Devenue photographe professionnelle, Irina Ionesco expose ses œœuvres dans des galeries et des musées, exploite ses droits d’auteurs, etc. Cette diffusion lui apporte une renommée, qui, selon les dires d’’Eva Ionesco, a conduit l’’enfant « modèle » au silence : « j’’étais très attaquée si je disais simplement que ses photos dénudées, aussi poétiques soient-elles, et pour certaines, très crues, m’’avaient fait du mal. [……] On me rétorquait : ‘Comment oses-tu t’’en prendre à l’œ’œuvre de ta mère ?’ » La renommée de la mère devient la muselière de la fille.

Article de David Lefranc paru in Légipresse févr. 2013, n° 302, pp. 107-115